Actualités

RENFORCEMENT DES CAPACITS : LA CTE D'IVOIRE PORTE SA CONTRIBUTION AU PLAN STRATGIQUE DE L'ACBF DE 2 3 MILLIONS DE DOLLARS US- Publiée le 30-06-2016

  
  
La Cte dIvoire portera sa contribution au plan stratgie 2017-2021 de la Fondation pour le Renforcement des Capacits en Afrique (African Capacity Bulding Foundation (ACBF) de deux (2) trois(3) millions dollars US, a annonc ce jeudi 30 juin, le ministre dEtat, ministre de lIntrieur et de la Scurit Hamed Bakayoko. Ctait louverture de la 25 session de la Confrence des Donateurs de lACBF qui se tient cette anne Abidjan du 30 au 1er juillet. Le ministre dEtat, ministre de lIntrieur et de la Scurit qui prsidait au nom du Chef de lEtat quil reprsentait, cette crmonie douverture a assur que le pays continuerait de contribuer au fonctionnement de cette institution charge de piloter les programmes de renforcement des capacits en Afrique.

Pour Hamed Bakayoko, si lAfrique veut tirer profit de ses ressources naturelles, il lui faudra renforcer les capacits en matire de capital humain car, len croire, cette problmatique figure au nombre des questions qui si elles sont bien adresses permettront de faire avancer lAfrique .

Dans cette dynamique, il sest flicit du nouveau plan stratgique de la Fondation qui indique des leviers actionner pour la consolidation des capacits existantes, dvoilant des indicateurs peu honorables pour le dveloppement de lAfrique.

Les tudes les plus rcentes prsentes au Forum sur le renforcement des capacits en Afrique les 3 et 5 mai Harare montrent que lAfrique compte 35 ingnieurs pour un million dhabitants contre 168 pour le Brsil, 2457 pour lUnion Europenne, et 4103 aux USA. On dnombre galement 70 agronomes pour un million dhabitants contre 550 en Amrique Latine et 3000 aux USA , sest dsol Hamed Bakayoko.

Pour autant, il na pas manqu de saluer laction de lACBF en Afrique en gnral et plus spcifiquement en Cte dIvoire o elle a favoris la cration de la Cellule danalyse conomique du CIRES, en 1992 et du Programme de gestion des politiques conomiques, en 1998.